Vous quittez le site www.pharmacielafayette.com et allez être redirigé(e) vers le site de Pharmacie Lafayette Toulouse comme souhaité. Merci de votre visite et à bientôt.

Scan ordonnance
Contact
En mode Detox ! | Splash, c'est l'été ! | Green Attitude | Opération Solaire | Alerte Pollens | J'arrête de Fumer ! | Vous les avez testés | Produits incontournables

#lasantépourtous

Le blog santé de Pharmacie Lafayette
Les tiques, la saison continue ! Thinkstock - 493568811

Les tiques, la saison continue !

Si la saison des tiques s’étend de mars à octobre, c’est surtout au printemps (de mai à juin) et à l’automne (de septembre à octobre) que celles-ci sont les plus actives. En effet, pluie et chaleur combinées créent les conditions favorables au développement de ces parasites, bien connus pour transmettre différentes maladies, dont la redoutable Maladie de Lyme. En cette période de douce chaleur humide, il est donc important d’adopter les bons réflexes pour se protéger.

Le 22/06/2018

Si la saison des tiques s’étend de mars à octobre, c’est surtout au printemps (de mai à juin) et à l’automne (de septembre à octobre) que celles-ci sont les plus actives. En effet, pluie et chaleur combinées créent les conditions favorables au développement de ces parasites, bien connus pour transmettre différentes maladies, dont la redoutable Maladie de Lyme. En cette période de douce chaleur humide, il est donc important d’adopter les bons réflexes pour se protéger.

Les bons réflexes pour se protéger des tiques

Affectionnant les zones boisées et humides, les tiques s’agrippent volontiers aux herbes hautes des prairies, des parcs forestiers et urbains.

Avant toute ballade en pleine nature ou séance de jardinage, vous n’oublierez pas d’utiliser des répulsifs et des vêtements couvrants, pour vous et vos enfants : c’est un des premiers réflexes à avoir. Il faudra privilégier le port de chaussures fermées et de vêtements longs, serrés aux poignets et aux chevilles. Certes difficiles à supporter par grosse chaleur, ils sont plus efficacement protecteurs que nos débardeurs, t-shirts et shorts, beaucoup plus légers et moins couvrants.

Quant à l’usage de répulsifs pour la peau comme pour les vêtements, il sera de rigueur et bien pratique lors de vos sorties ; que cela soit au parc pour vos enfants, dans des zones boisées pour toute la famille ou dans des zones particulièrement infestées pour vos voyages, vous aurez ainsi la garantie d’une protection efficace. Les molécules ayant une action contre les tiques sont généralement les mêmes que celles repoussant les moustiques : n’hésitez donc pas à choisir pour vous et vos chers bambins un répulsif revendiquant une action contre les tiques et adapté à votre type peau. Si le DEET semble plus actif sur les tiques, c’est l’IR 3535, bien toléré, qui est souvent préféré pour une application chez les jeunes enfants et les femmes enceintes. La perméthrine quant à elle est contenue dans la plupart des sprays et produits pour les vêtements : à la fois répulsive et insecticide, elle est utilisable dès l’âge de 2 ans et chez la femme enceinte.

Ensuite, une seconde astuce consistera à rester au milieu du chemin : vous éviterez ainsi que la tique, attendant généralement sa proie à un mètre du sol, dans les herbes hautes, ne se pose sur votre mollet ou avant-bras et ne vous y morde « à pleines dents ».

Mettre en évidence les tiques

Contrairement à certaines croyances, la tique est un parasite qui ne saute pas : elle s’agrippe volontiers et aime se loger dans les zones humides et protégées de notre corps (nos aisselles, l’aine ou bien les plis de nos genoux). Sa morsure est indolore grâce au produit anesthésiant qu’elle injecte au même moment et son aspect n’est pas toujours celui d’un gros être gorgé de sang. Elle peut ressembler à une petite rougeur avec une pointe noire au milieu ou tout simplement à un grain de beauté qui n’était pas là au matin.

Vous l’aurez compris : s’inspecter soigneusement le corps au retour d’une sortie reste en l’occurrence le meilleur moyen de s’assurer qu’aucune tique ne vous a mordu lors de votre ballade. On concentre alors notre attention sur nos jambes, l’arrière de nos genoux, les parties génitales – eh oui ! - l’arrière de nos oreilles, nos cheveux ou nos aisselles ! Mais aussi sur notre animal de compagnie alors n’hésitez pas à les examiner scrupuleusement ! Verdict ?

Que faire en cas de morsure de tiques ?

Vous avez trouvé une tique et vous vous demandez ce qu’il faut faire. Pas de panique, la méthode est simple :

1. Retirez la tique le plus rapidement possible, avec douceur et précision.

Deux méthodes existent :

  • L’utilisation d’un tire-tique (disponible en pharmacie) : saisissez la tique à sa base et tournez 
  • L’utilisation d’une pince fine : saisissez fermement la tique à sa base en tirant vers le haut sans torsion 

2. Désinfectez la plaie à l’aide d’un antiseptique courant ou bien la laver à l’eau et au savon.

3. Mettez à jour vos vaccinations, en particulier celle du tétanos si nécessaire.

4. Mettez la tique dans un mouchoir ou sur un bout de scotch.

5. Surveillez la zone de morsure pendant les deux à trois semaines qui suivent.

Comment savoir si j’ai attrapé la maladie de Lyme ?

Une morsure de tique n’implique pas forcément de contracter la maladie de Lyme. Les tiques ne sont pas toutes porteuses de la bactérie qui en est responsable (Borrelia burgdorferi), néanmoins il est important de surveiller la zone de morsure dans les jours qui suivent.

En effet, la survenue d’une rougeur - appelé érythème - prenant l’aspect d’un « halo » à l’endroit de la morsure dans les jours et semaines qui suivent le retrait d’un de ces parasites n’est pas un signe à négliger et doit vous alerter. Totalement indolore, si cette rougeur s'étend par la suite lentement et de façon centrifuge (du centre vers la périphérie), tout en s’éclaircissant en son centre, il est impératif de consulter un médecin. Celui-ci prescrira une cure d’antibiotiques.

De plus, à cet érythème migrant peuvent s’ajouter d’autres symptômes comme des courbatures, un malaise général, une fatigue inhabituelle.

Dans le cas particulier des femmes enceintes et enfants de moins de 8 ans, ou de personne immunodéprimée, toute piqûre de tique impose de consulter un professionnel de santé même en l’absence de ce « halo » rouge. Il en sera de même en cas de présence d’une tique ayant déjà bien grossi (sa taille laissant supposer qu’elle est déjà là depuis plusieurs jours).

Que faire de la tique après l’avoir retiré ?

Le destin d’une tique une fois retirée – même si nous avons une furieuse envie d’en finir avec elle - n’est pas forcément funeste. Depuis peu, il vous est possible de faire avancer la science en apportant votre contribution à un projet scientifique. En utilisant l’application gratuite « Signalement Tique » de l’Institut national de recherche agronomique (Inra), vous ferez avancer les connaissances sur la localisation des tiques en France, et sur leur statut par rapport à la maladie de Lyme, en leur faisant parvenir le corps sans vie du parasite par La Poste.

Article rédigé par Hélène Dauptain, Docteur en pharmacie

Date de mise à jour : 20/06/2018